Home

pablo garcia

Artiste : Pablo Garcia / Période : Janvier-Mars 2012 / Lieu : Mairie du 11e / Exposition personnelle / Commissariat : Emilie Schalck pour Glassbox / Coordination pour la Mairie du 11e  : Jean-Christophe Arcos / Production : Mairie du 11///

Il faut toujours faire un effort pour la création contemporaine : effort de compréhension de la part des visiteurs, effort aussi de la part des institutions pour montrer des artistes souvent cantonnés au cercle des professionnels de l’art.

La Mairie du 11e, assumant l’effervescence créatrice qui marque désormais l’arrondissement comme la ville capitale, prend sa part dans ce processus.

Cette saison, nous avons invité Glassbox, espace d’exposition géré par des artistes, qui installe cette année son nouveau lieu dans le quartier de Belleville, à investir la mairie au gré de trois expositions. En parallèle, les artistes iront à la rencontre d’habitants et d’associations du 11e pour des dialogues centrés sur l’art et le monde d’aujourd’hui.

A travers ces expositions, la Mairie du 11e affirme son attachement à la culture contemporaine, et le rôle moteur que peuvent avoir les collectivités pour promouvoir l’art actuel.

Dans les dessins et sérigraphies de Pablo Garcia et Emma Cozino, avec qui il a réalisé ces pièces, on aperçoit des bâtiments enclavés dans des forêts vierges, des végétations luxuriantes, comme si leur propre ruine laissait peu à peu place à une friche en liberté.

L’un des motifs est particulièrement frappant : le Teufelsberg.

Les Alliés, après avoir amassé à cet endroit les gravats de Berlin bombardé, formant ainsi une colline artificielle de 12 millions de mètres cube, ont monté à ce sommet une station d’écoute du réseau ECHELON, degré le plus abouti du contrôle et du pouvoir américain sur l’Europe occidentale et le monde. Cette station s’est peu à peu effritée, désagrégée, sous l’effet du temps, et les plantes rampantes et grimpantes ont peu à peu proliféré autour de ce qui est aujourd’hui devenu un lieu ouvert, à la marge – un lieu d’utopie.

C’est aussi cette notion d’utopie qu’évoque l’installation TAZ, dans la serre derrière vous : le concept de Zone d’Autonomie Temporaire, formulé par Hakim Bey, dont des extraits sont audibles ici au travers du porte-voix, est un concept que le philosophe a toujours refusé de définir précisément parce qu’il ne peut être enfermé par un cadre.

Il suffit presque de savoir que ce sont des espaces de liberté, dans lesquels peuvent se reformuler des exigences sociales ou politiques.

Enfermé dans cette serre, que vous ne pouvez pas pénétrer, et dit par cette voix qui rappelle celle qui annonce les horaires et les flux dans les gares SNCF, le texte fait le vide autour de lui, alors qu’il est pourtant cerné par ce bâtiment officiel, républicain par excellence.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s