Home

Intervenants : Raphaële JeuneTheo ProdromidisYassine BalbziouiIsabelle Plat + Leïla SimonNils MollenhauerFabienne BideaudThierry Fournier • Barbara Soyer (The Drawer) • Cabinet de Fumisterie AppliquéeDoriane SouilholArthur FléchardEmilie RobertFrédéric BlancartJudith Deschamps • Christine Armanger Ppromotion + Ultrastudio • François Mazabraud Marion Zilio + Benjamin Efrati • Jakob Gautel / Période : 6 décembre 2016 / Lieu : Cité internationale des arts, Paris / Forum de discussions / Commissariat : Jean-Christophe Arcos, Marianne Derrien et Leïla Simon pour C-E-A/Commissaires d’exposition associés / Production : C-E-A/Commissaires d’exposition associés et la Cité internationale des arts  ///

Un frigidaire, un joli scooter, un atomixaire, et du Dunlopillo ; une cuisinière avec un four en verre, des tas de couverts et des pelles à gâteaux

La période moderne nous a chanté jusqu’à l’usure la chanson de l’objet – débordant le simple fétichisme, son culte s’est aujourd’hui transformé en une délégation à l’objet de nos capacités productives, physiques, cognitives. Les Nabaztag nous lisaient nos messages en instantané, les Model S de Tesla nous conduisent toutes seules, les robots sont autant nos nouveaux animaux de compagnie que le bras armé de l’industrie. Nous accordons à ces objets intelligents et connectés une intimité qui a modifié les structures sociales.
Si l’art est l’époux naturel de l’objet, le ready-made et l’ambigüité du design ont démultiplié leurs points de contact. Il y a aujourd’hui « one and an infinity of chairs », pour paraphraser Joseph Kosuth.

L’histoire récente des idées consacre une part importante à cette question des rapports entre sujets et objets : de Jean Baudrillard à Tristan Garcia, en passant par Vilém Flusser, de nombreux éclaireurs nous proposent de mieux nous repérer au sein d’un environnement composé d’artefacts et d’informations, de mieux identifier ce à quoi nous faisons face (ce qui se tient devant, en allemand das Gegenstand, « was dagegensteht » ou en français, l’objet).

Quid alors du sujet ? La subjectivité qui caractérise l’artiste, le commissaire ou le regardeur aurait-elle abandonné le terrain ?

Cet événement unique, de rencontres et de partages d’idées, voit le jour grâce au concours de l’association CEA / Commissaires d’exposition associés et de la Cité internationale des arts. Il s’associe cette année au programme « Traverses » mis en œuvre conjointement entre Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, la Villa Vassilieff et la Cité internationale des arts, ainsi qu’avec la plateforme et revue Lechassis. Le FRAC Nord-Pas de Calais s’associe à Public Pool #2.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s